Collection Eupalinos / A+U

Mario Botta

Éthique du bâti

Éthique du bâti

Traduit de l'italien par Marie Bels, préface de Benedetto Gravagnuolo.  

Collection : Eupalinos / A+U
15 × 23 cm, 128 p., 85 plans et dessins, 2005.
ISBN 2-86364-634-6
Prix : 14 €

  • Imprimer la fiche
  • Un extrait 

« Je suis un bâtisseur, je suis un homme de chantier, bien plus qu’un théoricien, et c’est peut-être la raison pour laquelle je suis convaincu qu’il n’y a que l’œuvre effectivement construite qui puisse satisfaire aux attentes de la société. Tout compte fait, une œuvre construite est infiniment plus riche qu’un projet et pourtant je peux vous assurer que moi aussi j’ai des projets plein les tiroirs. »
« La ville est la maison de l’homme. C’est le lieu qui correspond à la nature humaine, laquelle est de vivre en collectivité et d’avoir des relations avec ses semblables. La construction de la ville est donc aussi celle d’un imaginaire plus vaste et toute architecture a pour ambition d’y participer. En concevant une maison, une école, un pont, un théâtre, j’élabore toujours une part de la ville, un espace qui trouve sa raison d’être dans cette configuration complexe et interactive. Je me permets d’insister sur cette relation entre l’architecture et le contexte, dans laquelle on ne cesse de donner et de recevoir. Je ne peux les imaginer l’un sans l’autre. De même, je ne peux concevoir d’élaborer un projet d’architecture indépendamment d’une géographie, d’un site. J’irai même jusqu’à soutenir que l’architecture est bien plus que la discipline qui consiste à construire dans un lieu, c’est la science de la construction même des lieux, au sens où elle prend possession de la terre, elle lui donne forme, elle en devient la matrice. »